Skip to content

12 leçons-clés apprises en tant que femme rentrée (travailler) en Afrique | Épisode 1 : Le But

Posted in Afrique, Promotion de la femme, and Transformation & Développement

Cliquez ici pour lire cet article en anglais.

Il y a trois ans, j’ai été approchée par un chasseur de têtes qui m’a proposé de quitter mon emploi en France pour devenir la Directrice de la filiale Camerounaise d’une célèbre entreprise de commerce électronique. Pour célébrer cet anniversaire symbolique de ma vie professionnelle, j’ai décidé de mettre de côté mes opinions sectorielles sur le numérique et de partager les leçons que j’ai apprises en tant que repatriée / returnee / repat en Afrique subsaharienne. Pourquoi seulement maintenant, trois ans après ? Parce qu’entre temps, j’étais trop débordée pour avoir du recul sur ma propre expérience. Je suis également en train de préparer une transition importante, c’était donc le moment parfait pour faire le point et partager avec vous ce que j’ai appris pendant cette période-clé de ma vie personnelle et professionnelle. J’espère vous aider vous, aspirantes ou futures repats, dans votre processus de réflexion et la préparation de votre retour « au pays ».

Voulez-vous en savoir plus sur ma prochaine transition professionnelle ? Abonnez-vous à ma newsletter avant le 1er juillet et recevez des informations exclusives que je ne partage que par e-mail.

Si c’est votre première fois sur ce blog, merci de votre visite! J’ai souhaité utiliser cette série d’articles pour partager mon expérienceavec les ambitieuses femmes d’origine africaines vivant à l’étranger, à la recherche de sens et en envisageant de déménager en Afrique ou dans leur pays d’origine, « au pays » comme on dit. Plusieurs d’entre vous m’ont contactée au cours des années précédentes via mon profil LinkedIn et ma page Facebook pour en savoir plus sur ma carrière et mon choix de retourner au Cameroun. J’espère vraiment que vous apprécierez cette série. Et si vous pensez que vous avez besoin de conseils plus personnalisés pour votre projet de rapatriement ou pour votre carrière en général, nous pouvons travailler ensemble, n’hésitez donc pas à me contacter !

Attention : mon retour d’expérience est intrinsèquement subjectif, surtout ne prenez pas trop personnellement mes points de vue qui ne cadrent pas avec les vôtres ! En revanche, n’hésitez pas à partager votre propre expérience dans les commentaires !

Leçon 1 : Définissez le but de votre vie et vos objectifs professionnels

Centre Polyvalent pour personnes vulnérables de Bepanda – Cameroun

Avant vous lancer dans la recherche d ‘un emploi en Afrique, il pourrait être essentiel pour vous de faire un sérieux travail d’exploration afin d’identifier le but votre vie et de là définir un objectif de carrière ou une idée de création d’entreprise. Revenir en Afrique serait, dans ce cas, un moyen (entre autres) d’atteindre cet objectif. Il ne vous restera à ce moment qu’à identifier par comment.

Mais revenons à vous.  Avant ne serait-ce que de consulter d’autres offres d’emploi, prenez le temps de de faire un travail d’introspection, afin de découvrir le type de mission qui vous fait vraiment vibrer, et si besoin n’hésitez pas à obtenir de l’aide pour y arriver. Avoir ce niveau de clairvoyance sur votre « mission » vous aidera à identifier les meilleures opportunités pour votre carrière, et vous servira de point de repère lorsque vous vous sentirez confuse. Ce sera également votre source de motivation et de résilience en cas de crise, mais ce sera surtout  la raison pour laquelle vous finirez par briller dans tout ce que vous déciderez de faire.

Leçon 2 : Ne cédez pas à la pression

Suresnes – France

Plusieurs raisons peuvent motiver votre envie de rentrer au pays.

  • « Rentrer au pays est ma dernière chance. » Vous avez du mal à trouver un emploi, ou vous êtes fatigué du vôtre. Vous ne supportez pas/plus votre style de vie occidental, le manque de chaleur, les discriminations, la nourriture, le coût de la vie, le climat. Paris (Londres, Montreal, Dallas) est dur comme caillou !
  • « La plupart de mes amis rentrent au pays ». Pourquoi resteriez-vous ?
  • « Mes parents veulent que je rentre au pays. » Nos parents veulent -la plupart du temps- le meilleur pour nous. La famille c’est sacré !
  • « Mon partenaire veut que nous rentrions pays. » La stabilité du couple vaut parfois certains sacrifices.
  • « Les gens qui sont rentrés au pays semblent plus heureux. » I mean, si vous suivez des comptes Instagram tels que @visiterlafrique ou @spiritudpursuit, ou si vous suivez mes aventures pro sur ma page Facebook, vous pouvez avoir l’impression que « votre vie ne donne pas » comme on dit au Cameroun. (Cette expression me fait mourir de rire)
  • « C’est maintenant ou jamais le moment de rentrer au pays. » L’horloge est tourne, et les bonnes opportunités vont se faire rare !

Maintenant, amusons-nous un peu. Dans le paragraphe précédent, essayez de remplacer « rentrer au pays » par « se marier ». Aha, bluffant n’est-ce pas ? Et sans doute révélateur .

Alors, oubliez la pression de vos pairs, du temps, de la famille, des réseaux sociaux, et référez-vous au chapitre 1 de cet article (c.-à-d. déterminer le but de votre vie). Avoir un but vous évitera de prendre des décisions qui ne sont pas réellement les vôtres. Cela invalidera toute tentative inconsciente de comparaison avec d’autrui, et permettra à l’adulte que vous êtes, de donner -enfin- à vos parents non plus un rôle de managers, mais plutôt de consultants dans votre vie. Vous pouvez les écouter, mais néanmoins, prendre vos décisions de manière autonome. En outre, n’hésitez pas à avoir plus de recul sur ce qui se partage sur les réseaux sociaux. Personnellement, je prends beaucoup de plaisir à partager mon travail ou les informations que je trouve inspirantes, mais je n’ai pas communiqué sur les « behind the scene » ; les nombreuses fois où je me sentais au bout de ma vie pour avoir travaillé 24h sans interruption, ou encore les fois où excédée ou déprimée, j’ai voulu prendre un aller simple pour ailleurs. La vie en Afrique a ses hauts et ses bas, et votre vie mérite mieux que l’utilisation du « retour au pays » comme une échappatoire aux contraintes de votre vie occidentale, ou du moins cela ne devrait pas être la raison principale de votre retour (cf chapitre 1). Si vous le pouvez, corrigez vos problèmes, faites le ménage, trouvez votre but, et abordez votre aventure Africaine en étant la meilleure version de vous-même.

Chutes d’Eko-Nkam – Cameroun


 

Et c’est tout pour aujourd’hui ! Quel sujet vous a le plus parlé ? Il y a-t-il un sujet que vous souhaiteriez que j’aborde ou que j’approfondisse dans un prochain article ? Faites-moi savoir dans les commentaires ou par message !

Dans le prochain épisode, je vais vous parler de l’importance de la santé et de l’impact potentiel de votre retour au pays sur votre vie personnelle (pour ne pas dire amoureuse). N’oubliez pas de souscrire á ma newsletter pour être informée de sa publication, vous allez adorer !

Restez connectées, et surtout merci de partager avec vos amies ou collègues revenues en Afrique, qui prévoient de rentrer ou que le sujet pourrait intéresser !

A bientôt,

Candace

18 Comments

  1. Je ne suis pas une expatriée à proprement parlé, Mais par contre on me demande souvent l’inverse :  » qu’est-ce que tu fais encore au pays? » :). Chacune de ces situations est assez cocasse et fait penser la fable de l’herbe qui serait toujours plus verte chez le voisin…
    Merci bien pour le partage. J’ai beaucoup apprécié la touche sarcastique de l’article qui demande de remplacer l’envie de « rentrer au pays » à celle de se marier. Belle approche. En attendant la suite de l’article bon courage à toi qui est l’un des role-model pour la jeune fille camerounaise.

    26 juin 2017
    |Reply
    • Candace
      Candace

      Merci Arielle, ton commentaire inspirera sans doute une nouvelle série d’articles ! L’herbe nést pas toujours plus verte ailleurs, mais auand on a un vrai projet et que l’on est prêt à investir sur soi, aller voir ailleurs ce aui se passe peut être un vrai plus individuellementm et pour la communauté. A bientôt !

      28 juin 2017
      |Reply
  2. Je comprends tout à fait ce que tu partages. J’ ai fait un retour au pays aprés plusieurs années au Canada avec femmes et enfants, non pas pour obtenir un travail mais pour développer des activités commerciales. Ce que je développais au Canada en 2 semaines, ici ca peut me prendre deux ou trois mois. Ils font donc s’armer de beaucoup de patience et de sous pour supporter toutes ses échéances. Meme si je suis camerounais de naissance, je constate aussi que l’écart culturel est un gros facteur a gerer si on veut reussir sa transition. Il faut se dire la vérité, aprés tant d’années passées a l exterieur, notre perspective du monde change et on n est plus aussi camerounais qu on voudrait se convaincre.

    Sinon belle article en général.

    26 juin 2017
    |Reply
    • Candace
      Candace

      Je comprends tout à fait Lilyan. La réalité est aue c’est cette nouvelle perspective et ses nouveaux standards qu’on ramène qui permet à notre (petit) niveau de tirer nos pays vers le haut. Cependant, je pense qu’íl est important de ne pas se sacrifier en chemin, et de trouver des sources d’épanouissement ou des zones de décompressions pour ne pas trop éroder son moral, sa santé et ses relations. Bravo pour avoir osé rentrer, Bon courage e à bientôt.

      28 juin 2017
      |Reply
  3. Eva Mbeni
    Eva Mbeni

    Merci pour cet article Candace .Tres inspirant .Je me retrouvé Beaucoup Dans Ton récit ? « aborder l’aventure africaine en étant La Meilleure version De soi Même  » c’est important Même Si j’ai l’impression que pour moi il était important de rentrer pour devenir justement celle que Je Cherche depuis des années Au fond de moi .Une vraie découverte ,une grande aventure avec ses hauts et ses bas .Merci Encore …waiting for the next ?

    26 juin 2017
    |Reply
    • Candace
      Candace

      Je suis tout à fait d’accord Eva ! S’il vaut mieux être relativement bien dans sa peau quand on fait le grand saut du retour, Il est arrive bien souvent que ce retour nous aide à decouvrir notre plein potentiel. Mille mercis de ton commentaire et à bientôt.

      28 juin 2017
      |Reply
  4. Isabelle
    Isabelle

    Merci Candace, pour cette initiative.

    26 juin 2017
    |Reply
    • Candace
      Candace

      Et merci de mávoir contacté Isabelle !

      28 juin 2017
      |Reply
  5. Belle article Candace! Je trouve que tu as raison sur tout les points!!! Rentrer au pays ne dois pas être une contrainte mais un choix de Vie! Il faut bien se préparer et surtout une fois sur le terrain s’adapter à l’environnement…. biensûr sans trahir ses Principes!
    Ca va faire un an que je suis rentré et au fil des mois je m’emploie à transformer mon secteur d’activité en y apportant des innovations acquises à l’étranger. Pour le moment malgré les difficultés innombrables des opportunités se présentent tous les jours … et on sent qu’on commence à faire la différence dans le milieu, à faire évoluer les habitudes, à améliorer les choses.. et on est d’autant plus fier qu’on en oublie presque Les galères du début… Les choses évoluent ici au pays… certes lentement mais sûrement, progressivement, dans le bon sens! J’en suis témoins tous les jours …!!! Comme je l’entends dire très souvent dans certains milieux d’affaires: « tout est à faire ici au pays » … Ça paraît incroyable mais c’est vrai… je le confirme… basé sur ma propre expérience! Je ne peux qu’encourager quiconque aimerait rentrer au pays pour faire évoluer les choses, de le faire!

    Voilà pour ma petite contribution!

    Courage et surtout beaucoup de Plaisirs dans ta nouvelle Aventure!!! ?

    4 juillet 2017
    |Reply
  6. Paule Yvonne MAKANDA
    Paule Yvonne MAKANDA

    Bonjour Candace, merci pour ce partage d’expérience très enrichissant et assez révélateur. Même si je n’ai pas une expérience professionnelle à proprement parler je me suis sentie concerné par cet article. Premièrement, j’ai du mal à me projecter dans l’avenir depuis que j’ai quitté le Cameroun stress et pression de tous les côtés je ne me retrouve pas etça me fait vraiment peur; mais l’option d’épuisement rentrer au Cameroun parce que je passe par certaines situations n’est pas option. De toutes les façons je t’enverrai un message personnalisé pour plus de détails.
    Je suis très impatiente de lire le prochain article. Bisous

    5 juillet 2017
    |Reply
    • Candace
      Candace

      Je suis heureuse de lire ton commentaire Paule Yvonne ! Comme tu t’en doutes j’ai éte exactement dans ta situation et compatis. Tout ira bien tu verras. Tes challenges d’aujourd’hui seront tes forces de demain. N’hésite pas à me faire un petit mail pour qu’on en parle et d’ici là cou-rage. L(D’ailleurs tu m’inspires une potentielle autre série, ce que la vie d’immigrée en France m`a apprise !) Bises

      5 juillet 2017
      |Reply
  7. […] J’espère que l’une de ces leçons vous aura apporté de l’inspiration. Connaissez-vous Imbolo Mbue ? Avez-vous lu « Voici venir les rêveurs ? » Si oui, comment l’avez-vous trouvé ? N’hésitez pas à partager ce post avec un(e) ami(e) susceptible d’être intéressé(e), et cliquez ici pour vous abonner à ma newsletter LINK, et recevoir des informations que je ne partage que par e-mail ?. Restez connectés, la prochaine publication est le 2e épisode de notre série : 12 leçons-clés apprises en tant que femme rentrée (travailler) en Afrique. […]

    23 juillet 2017
    |Reply
  8. Fogue
    Fogue

    Salut Candance,

    Je trouve superbe er Excellent linitiative de partager Son Experience avec Les autres.
    Tu traite des sujets tres pointueux dans La demarche de rentree au Cameroun et cela me fait tellememt plaisir car jy sui dans cette demarche.

    Jaimerai bien quon discute Encore davantage dessus.

    Merci,
    Le Fogus

    8 septembre 2017
    |Reply
    • Candace
      Candace

      Merci Beaucoup Fogue, je vous envoie un e-mail.

      12 septembre 2017
      |Reply
  9. […] Si votre projet  de retour en Afrique est compatible avec celui de votre moitié, il ou elle pourrait devenir un véritable soutien, que vous soyez dans le même pays ou non. Pour plus d’info sur l’impac du retour en Afrique sur la vie personnelle, jetez un oeil à l’épisode 2  ! Si vous êtes célibataire, une fois de retour, vous pourriez  avoir un coup de cœur pour un « local » avec qui vous partagerez votre vie et qui vous aidera à faire face aux problèmes liés à la vie sur place, en vous apportant plus d’explications, de connections ou du soutien si besoin. Vous pourriez également faire la rencontre d’un repatrié/expatrié avec qui vous partagerez les mêmes difficultés et déciderez de faire face aux défis du pays main dans la main,  et ressortir plus forts de cette expérience. Et, si vous ne rencontrez personne, sachez que vous aurez toujours Dieu (l’Univers, votre ange gardien, vos Ancêtres, la chance ou n’importe quel qualificatif pour le définir) avec vous, ainsi que du temps pour travailler sur vous-même. […]

    10 décembre 2017
    |Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Subscribe To Our Newsletter

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!