Skip to content

12 leçons-clés apprises en tant que femme rentrée (travailler) en Afrique | Épisode 2 : Amour et autres suprises

Posted in Afrique, Promotion de la femme, and Transformation & Développement

Click here to read this article in English

En 2014, alors que je travaillais comme consultante à Paris, j’ai été approchée par un chasseur de tête, qui m’a fait la proposition de quitter mon poste pour devenir la directrice de la filiale Camerounaise d’une célèbre entreprise de commerce électronique. J’ai fini par dire oui, et ai vécu par la suite une expérience intense et riche en enseignements, tant sur le plan personnel que professionnel. Entre temps j’ai évolué vers de nouveaux challenges professionnels, mais je tenais néanmoins à partager avec vous les leçons-clés que j’ai apprises de cette expérience du retour au pays. Nous entamons aujourd’hui l’épisode 2 de cette série, et j’espère une fois de plus que vous y trouverez des réponses ou une source d’inspirations pour votre propre départ en Afrique.

Avez-vous lu notre dernier épisode ? Sinon, cliquez ici pour vous rattraper !

Dans le premier épisode de notre série, nous avons parlé de l’importance de définir le but de sa vie et ses objectifs professionnels avant de retourner en Afrique, afin d’être en mesure de rebondir ou de persévérer si les choses s’avèrent plus difficiles que prévu. Certains de ces défis peuvent être liés à votre vie amoureuse, que vous soyez en couple ou non. Nous aborderons également un sujet moins croustillant, mais tout aussi pertinent, celui de votre santé et de ce à quoi vous devriez vous préparer avant de rentrer.

Attention : mon retour d’expérience est intrinsèquement subjectif, surtout ne prenez pas trop personnellement mes points de vue qui ne cadrent pas avec les vôtres ! En revanche, n’hésitez pas à partager votre propre expérience dans les commentaires !

Êtes-vous abonné à ma newsletter ? Sinon, cliquez ici pour recevoir mes  nouveaux articles et ainsi que des informations que je ne partage que par e-mail !

 

Leçon 3 : Prenez soin de votre santé

Mont Cameroun – Buea

En revenant en Afrique, je me suis rappelée que le fait d’être malade allait bien au-delà des occasionnels grippes/rhume et des problèmes digestifs auxquels j’ai été habituée en Occident. Le paludisme, la typhoïde et les diverses MST assez nocives sont très présents, dans un lieu où le système de santé est loin d’être totalement fiable. J’ai énuméré quelques points à prendre en compte pour préparer votre retour, ce qui pourrait vous aider à rester suffisamment concentré(e)/active(f)/vivant(e) pour accomplir tout ce qui vous a motivé à revenir en Afrique, et profiter en même temps d’une vie épanouissante. Attention, notez bien que je ne suis pas un médecin et, tout en partageant des conseils pour sensibiliser, je vous recommande vivement de demander de plus amples conseils à un professionnel de la santé.

– Faites un checkup exhaustif avant votre départ, car il est préférable de rentrer ayant clairement conscience de son état de santé. Si vous pouvez vous rendre en Europe, aux USA ou ailleurs au moins une fois par an, vous pourriez faire ce bilan de santé une routine annuelle.

– Je crois personnellement en la prévention et en la vaccination. C’est la raison pour laquelle je suggère de mettre à jour tous vos vaccins et, si nécessaire, d’ajouter ajouter ceux de la typhoïde, tuberculose, tétanos, méningite, hépatites, etc. Vous pouvez même vous démarrer avant d’avoir fixé une date pour votre retour en Afrique afin d’éviter de bombarder votre corps de vaccins sur une trop courte période.

– Si vous souffrez d’une maladie chronique qui requiert un type de soins particulier, évaluez méticuleusement la fiabilité du système de santé du pays dans lequel vous allez vous installer. Essayez éviter de trop compter sur une pharmacie locale/un centre médical qui pourrait être en rupture de stock d’un produit dont vous auriez urgemment besoin. Posséder un stock tampon chez vous en demandant une prescription de longue durée à votre médecin avant votre départ peut sérieusement vous aider à atténuer ce risque.

– Protégez-vous autant que possible des maladies infectieuses telles que le paludisme. Les moustiquaires, les sprays répulsifs, les manches longues et même le menthol (pour les pernicieuses simulies, alias Moutmout) seront vos meilleurs amis pour tenir ces ennemis volants à l’écart. Rendez-vous également à l’hôpital chaque fois que vous vous sentez plus faible ou sujet à des maux de tête plus fréquents que d’habitude, au cas oú.

– Si vous pouvez vous le permettre, souscrivez à une assurance santé internationale qui vous permettrait de demander une assistance médicale à l’étranger dans le cas où -touchons du bois- vous seriez victime d’un problème de santé complexe à traiter localement. Dans tous les cas, tâchez d’avoir a minima avoir une assurance santé locale pour vous et votre famille.

– L’astuce suivante astuce vous fera passer pour une personne vraiment Occidentalisée (Aka mbenguiste), mais veillez à garder toujours une bouteille d’eau potable à portée de main, et/ou ayez si possible un distributeur d’eau potable à la maison.

– Se maintenir en forme pourrait être bien plus difficile que vous ne l’imaginez. Sans vous en rendre compte, vous pourriez passer l’essentiel de votre temps entre votre voiture, votre bureau et la dégustation de délicieux plats (tels le Ndolè, de l’Attiéké poulet ou du riz wolof) résultant dans la prise des plus joyeux kilos de votre existence. Vous souvenez-vous de l’époque où vous couriez après le bus ou le train au quotidien, où vous faisiez des balades dans le parc, où vous faisiez votre lessive t votre ménage vous-même ? À cause de pauvres systèmes de transport public, de problèmes de sécurité, ou en raison de votre vie africaine beaucoup plus confortable, vous ne risquerez probablement pas de brûler autant de calories que d’habitude. Donc, si vous ne voulez pas avoir l’air trop « accompli » (comme on dit Cameroun quand vous commencez à prendre de poids) essayez de trouver un équilibre dans votre alimentation et d’ajuster votre routine sportive à votre nouvelle vie et à votre budget.

– L’Afrique subsaharienne supporte charge disproportionnée d’infections telles que le VIH. À moins que vous ne soyez en train d’essayer d’avoir un enfant avec votre partenaire, essayez d’avoir des rapports protégés aussi longtemps que possible. Les gens n’ont toujours pas le meilleur niveau de jugement quand ils sont dans le secret d’une chambre, et vous devriez pas laisser votre vie être menacée par les conséquences des mauvais choix d’une autre personne. Malheureusement, cela arrive plus souvent qu’on ne le pense. Vous ne serez pas toujours en mesure de protéger votre cœur, mais essayez autant que possible de protéger votre vie.

Sur une note plus légère, ce dernier aspect est une excellente transition vers notre prochaine leçon !

 

Leçon 4 : Évaluez soigneusement l’impact potentiel sur votre vie amoureuse

© Candace Nkoth Bisseck

Comme tout grand changement dans notre vie revenir dans son pays d’origine aura inévitablement un impact sur votre vie personnelle. «Espérez le meilleur, préparez-vous au pire et attendez-vous à être surpris.», comme le dit Denis Waitley, un conférencier américain.

Si vous êtes en couple, le retour peut être une belle manière de réveiller le « power couple » qui sommeille en vous, en vous permettant de partager un but commun et un projet passionnant. Dans la mesure où vous avez des valeurs communes fortes de valeurs, que savez clairement ce que vous voulez en tant qu’individu et que vous êtes en phase avec votre partenaire, la vie en Afrique pourrait être le début d’une aventure passionnante, enrichissante et épanouissante. Espérez le meilleur !

Cependant, votre partenaire pourrait ne pas être prêt à vous suivre dans ce nouveau chapitre de votre vie. Il ou elle pourrait n’avoir aucune intention de revenir en Afrique, vous obligeant à faire un choix entre votre vocation et votre relation, ce qui n’est pas toujours aisé. Une fois de plus, dans ce cas de figure, avoir une idée claire du but que vous poursuivez vous aidera pour prendre la meilleure décision.

Vous avez du mal à identifier le but de votre vie ? Contactez-moi moi et nous pouvonsy travailler ensemble.

Mesdames, si vous envisagez de retourner en Afrique avec votre mari, sachez que la vie en Afrique est susceptible d’exercer plus de pression sur votre couple que celle en Occident, surtout si vous vous rendez dans son pays d’origine.

– La famille élargie, les amis, les voisins peuvent envahir votre espace personnel et votre emploi temps si vous n’établissez pas des limites claires.

– Votre chéri pourrait être l’objet de vive convoitise et de tentation de la part de femmes – au travail, dans votre famille, dans le voisinage – avec des intentions sournoises et des mœurs flexibles.

– Il pourrait également changer négativement, influencé par le comportement de collègues, d’amis, ou de membres de sa famille (père, frères, oncles etc.). Il se peut également que ce soit vous qui changiez.

– Votre belle-famille pourrait être aimante et bienveillante, ou tout le contraire, remettre en question vos antécédents, votre appartenance ethnique, votre âge, vos compétences de femme d’intérieur, ou le nombre de garçons que vous auxquels vous devriez avoir donné naissance.

Parfois, certains disent vouloir rentrer aider à « construire » l’Afrique pour finir par voir leur propre couple ou leur famille détruite. Pour votre tranquillité d’esprit et comme indiqué précédemment, ayez conscience votre but et préparez-vous au pire, juste au cas où.

Si vous êtes célibataire, vous avez de la chance. Vous êtes LIBRE ! Vous pouvez investir sur vous-même, profiter de vos amis, et profiter de manière illimitée de moments bien mérités, en dehors du travail. Cependant, cette situation présente également quelques inconvénients.

– Prendre part à un événement social, en se demandant inconsciemment si vous rencontrerez (enfin) votre version de l’homme idéal a le même effet sur vos batteries mentales qu’un téléphone avec les modes Wifi et Bluetooth activés, quand on n’a ni réseau, ni appareil auquel se connecter même pas de réseau ou d’appareil à connecter. C’est épuisant.

– Vous pouvez également faire face à une solitude occasionnelle, être hantée par les souvenirs de votre passé ou encore supporter les personnes bien intentionnées qui ne manquent pas de vous demander « Pourquoi n’es-tu pas encore mariée ? » À mon humble avis, c’est une question relativement absurde et légèrement sexiste, mais j’ai lu à ce sujet un livre incroyable  qui pourrait vous aider à répondre à cette question pour vous-même, au lieu de chercher à vous justifier devant autrui de quelque chose que vous ne contrôlez pas vraiment.

Ainsi, comme très peu de personnes souhaitent être célibataire, vous pourriez envisager de trouver l’amour dans votre pays d’origine. Soyez prête, car le combat sera rude !

– Les hommes locaux pourraient vous trouver trop occidentalisée/ indépendante/ ambitieuse. Certains parmi eux pourraient avoir des intentions douteuses, comme abuser de votre générosité, essayer de vous épouser uniquement pour changer leur couleur de passeport, ou simplement tromper leur partenaire officielle avec une distraction exotique (vous en l’occurrence) sans laisser la distraction susmentionnée avoir conscience de son statut réel. Quelques-uns de nos frères locaux ne sont malheureusement pas aussi ouverts d’esprit que vous le souhaiteriez. Lui : « Les sushis ? Tu veux manger du poisson cru ? C’est quelle chose des blancs ça ?? » Histoire véridique.

– Vous pouvez également songer à vos amis congénères également repatriés, mais ils ne sont pas toujours aisément identifiables, et certains d’entre eux pourraient être très occupés à entretenir des jeunes sœurs locales, plus motivées, et plus impressionnables. Après avoir vécu des années dans un pays occidental où être un homme noir n’est pas toujours un avantage, revenir dans un pays où les femmes vouent un culte à votre exotisme peut être une sérieuse source de distraction pour le rapatrié masculin. Vous ne voulez vraiment pas rivaliser avec ça.

– Peut-être que vous devriez sortir des sentiers battus et essayer Tinder, OK Cupidon, ou toute application décente de rencontre. Tout comme dans la vie réelle, il pourrait y avoir une bonne dose de crapauds, mais au moins vous aurez la satisfaction d’avoir des échanges ou des rencontres avec le sexe opposé sans prendre énormément de temps dans la construction de votre carrière ou empire. Cela étant, assurez-vous de pouvoir assumer si un client, un oncle ou votre patron vous découvre sur de telles applications. Quel que soit la ce qu’ils font de leur vie personnelle, de nombreux africains ont tendance à avoir un jugement très conservateur, voire négatif sur les rencontres en ligne. Si vous n’êtes pas disposée à supporter ce risque, vous pouvez choisir de rencontrer des personnes uniquement lors de vos vacances hors de la ville ou du pays dans lequel vous vivez, selon votre volonté de vous engager dans une éventuelle relation à distance.

– Vous devriez également investir plus de temps une activité qui vous fait vibrer. Dans le meilleur des cas, vous pourriez rencontrer un gentleman avec des passion et valeurs similaires aux vôtres, et démarrer une superbe extraordinaire, dans le pire des cas : vous serez déjà heureuse !

–  Vous pouvez également saisir cette occasion pour rester volontairement célibataire, et rester concentrée sur vous-même et vos projets, et protéger votre cœur (et votre intimité) jusqu’à ce que LE bon croise votre chemin. C’est un processus sans doute plus long, mais si vous marier au cours des 6 prochains mois était votre priorité absolue vous ne seriez peut-être pas en train d’envisager de changer de continent. Si cela vous intéresse, il existe également un livre intéressant écrit par un couple de célébrités sur le sujet sur cette forme de « célibat » avant le mariage.

Peu importe l’histoire que vous vivez, continuez de développer la meilleure version de vous-même, continuez de sourire et ne diminuez jamais vos standards. Je peux personnellement vous dire que les femmes hors du commun qui un ont un but dans la vie vivent très souvent, avec de très belles « Happy Endings ». Ayez la foi et confiance en vous, Laissez-vous surprendre , et, en attendant, profitez du voyage !

N’hésitez pas à consulter ma nouvelle section livres [LIEN] pour trouver d’autres ressources inspirantes. Et si vous doutez encore après tout, jetez un oeil à cette publication Instagram de Sarah Blakely, sur son expérience de femme célibataire dans sa vingtaine et sa trentaine, vous allez adorer !

Bonne chance!

Doual’art Gallery – Douala

J’espère que vous avez apprécié cet épisode et que cela vous a donné des informations utiles pour votre propre parcours. Quelle a été la leçon la plus touchante pour vous jusqu’ici? Ditesle nous dans la section des commentaires ci-dessous ! Restez connectés pour l’épisode suivant, nous allons parler de plans B, entre autres. En attendant, n’oubliez pas de vous abonner à ma newsletter et de partager cet article avec vos amis Facebook et Whatsapp !

A très bientôt !

Candace

8 Comments

  1. Julie
    Julie

    Bonjour Candace, merci pour cet article. Je suis exactement dans cette situation : mon conjoint souhaite rentrer au Cameroun après avoir passé 10 ans en France. Et moi je suis française. Je n’arrête pas de retourner la situation dans tous les sens et je suis toujours perdue. J’ai peur de tout laisser en France pour partir au Cameroun (que je ne connais pas). Ton article ne m’a pas vraiment rassurée 🙂 mais il m’a donné plein d’infos. Si tu as des conseils je suis preneuse… Merci

    24 juillet 2017
    |Reply
    • Candace
      Candace

      Hello Julie, merci beaucoup de ta visite et de ton commentaire ! Pardon d’être si peu rassurante; je brosse un tableau un peu dur, mais il y a toujours des exceptions, l’essentiel étant d’être prêt(e) en cas de problème. Je t’ai écrit à ton adresse, mais apparemment elle « n’est pas disponible » car mon mail m’a été renvoyé avec un message d’erreur en MP. Bon courage et à bientôt.

      25 juillet 2017
      |Reply
      • Julie
        Julie

        Merci pour ton retour Candace. Mince je ne comprends pas pour l’adresse mail … j’en mets une autre pour ce commentaire au cas où tu souhaiterais toujours m’écrire. Merci en tout cas.

        25 juillet 2017
  2. Quels esprit et franchise dans ta plume Candace! J’ai lu tes articles avec passion et satisfaction, la petite touche d’ironie que tu emploies rend ces sujets, pas aussi simples qu’on pourrait le croire, moins dramatiques et plus funky. Bravo, mais sans surprise. Ton entourage le sait bien, tel le roi Midas, tout ce (et ceux) que tu touches se transforme en or…
    Hâte de lire la suite.

    29 juillet 2017
    |Reply
  3. Cool Candace j’aime bien la façon dont tu le dis, Hélas c’est vrai à regarder comme ça!!!

    31 juillet 2017
    |Reply
    • Candace
      Candace

      Merci beaucoup Abert!

      9 août 2017
      |Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Subscribe To Our Newsletter

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!